DOSHA : VATA

Vata : (Ether-Air), est la force principale à l’origine du mouvement. Sans Vata, les deux autres doshas ne peuvent œuvrer. Il favorise l’adaptabilité mentale, la compréhension, la créativité, l’agilité et le dynamisme. Losque ce dosha est perturbé, il crée des déséquilibres au niveau du côlon (constipation), troubles mentaux, faiblesse énergétique, faiblesse physique. Bien équilibré avec les autres doshas en soutien, il permet d’être en harmonie avec l’univers et avec soi-même dans cet univers.

 

Il est responsable de toutes les activités somatiques et des sensations. 

 

ll gouverne toutes les fonctions nerveuses. Il est l’intelligence qui perçoit à travers les organes des sens (température, douceur, etc.) et qui convertit ces perceptions en données psychologiques puis dirige la réponse appropriée via les organes de l’action. Il est responsable de tous les mouvements de l’esprit et du corps, l’organisation des cellules du corps, le mouvement de l’air dans nos poumons, le mouvement du sang dans le système sanguin, les pensées de l’esprit. Il est responsable de l’équilibre entre les pensées et les émotions et donne naissance à la créativité, à l’activité et à la compréhension claire. Du fait que VATA régule les processus nerveux impliqués dans le mouvement, les pensées, les émotions, la nutrition, la boisson, l’élimination et notre fonctionnement général, son dérèglement peut souvent avoir de très lourdes conséquences. Il est responsable de l’origine, du maintien et de la destruction de la Vie.

 

Au niveau physique les personnes de type Vata prédominant sont minces, la peau à tendance sèche, les cheveux secs et fins, les habitudes alimentaires et le sommeil irréguliers. Sensible au vent et au froid, instable, mais adaptable, et au tempérament nerveux (anxieux) et changeant. Grande vivacité mentale. Vata déteste la régularité et les habitudes or il est essentiel pour son équilibre émotionnel et mental, d’acquérir ce principe de régularité. C’est fondamental pour lui, s’il veut avancer.

 

 Dans sa pratique du Yoga, comme dans le reste, il est instable et a tendance à ne pas pratiquer régulièrement. Conseils : La pratique du Yoga au moins 2 ou 3 fois par semaine est essentielle pour l’apaiser, nerveusement et émotionnellement. Cela lui permet aussi de se renforcer physiquement et de développer sa volonté et son endurance. Une pratique lente et en conscience lui apportera de la stabilité ainsi que les postures d’ancrage, les flexions, torsions et équilibres. Le bas du corps est à privilégier (zone Vata) et le Pranayama stimulera son énergie vitale (souvent faible).

 

Les étirements seront à privilégier puisque les types vatas développent facilement des raideurs. On privilégiera les étirements dans les postures au sol assises et couchées, toujours dans l’intention de favoriser la sensation d’enracinement.

 

Exemples de postures d’étirement : posture de la tête au genou (janusirasana), ardha matsyendrasana, Kurmasana (la tortue)… La salutation au soleil, exécutée lentement, sera aussi excellente pour délier les raideurs propres à vata.

 

On ne négligera pas en même temps de travailler la force, dans l’optique d’augmenter la masse musculaire. On cherchera aussi à générer de la chaleur, particulièrement au niveau du système digestif, en renforçant les muscles de la sangle abdominale. Exemples de postures pour travailler la force : bateau (navasana), (purvottanasana) …

 

À cause de la propension à développer de la nervosité et de l’anxiété quand vata se trouve en excès, le système nerveux sympathique a besoin d’être détendu : les flexions avant sont excellentes en ce domaine.  Exemples de flexions avant : étirement de l’ouest (paschimottanasana), Posture de l’enfant (balasana), konasana…

 

Les inversions, qui drainent le sang des organes et des extrémités vers le cerveau et particulièrement l’hypophyse, sont excellentes pour réguler toutes les fonctions du corps en agissant sur le système endocrinien. Exemples de postures d’inversion : Prasarita Padottanasana ,  la chandelle (sarvangasana)…

 

La relaxation est essentielle dans toute pratique visant à régulariser vata : il faut aller vers l’immobilité, réduire le mouvement ; environ 10 minutes par jour.

 

Autres pratiques

Mettre l’accent sur les exercices de respiration (pranayamas) simples, lents et profonds, comme la respiration yogique complète avec ujjayi pranayama et nadi sodhana.

 

Les mudras qui harmonisent les hémisphères, par exemple bhairavi mudra, pourront être utilisés, ou encore Yoni Mudra pour ramener les sens vers l’intérieur et ainsi atténuer la sensation d’être dispersé.

 

On utilisera mula bandha Mudra pour se réchauffer et s’ancrer.

Le yoga nidra conviendra particulièrement aux types vata pour la relaxation profonde qu’il procure.

 

Lorsque vata est en déséquilibre, les premières manifestations physiques apparaissent au niveau du gros intestin, sous forme de gaz, notamment. Pour maintenir le gros intestin en santé, on privilégiera les postures étirant l’abdomen, tel que le poisson (Matsyasana), la foudre couchée (supta vajrasana) ou encore des postures telles que la flexion avant avec une jambe repliée devant comme dans le pigeon (eka pada rajakapotasana) qui permet de masser le ventre. Les torsions seront également efficaces, surtout celles qui étirent le bas du ventre. Pour la constipation, toutes les postures sur le ventre comme la sauterelle (Salabhasana – ardha salabhasana) – l’arc sur le ventre (dhanurasana) ou le cobra (bhujamgasana ) Les étirements latéraux comme dans le portail (parighasana) ou encore ardha Candrasana (la demi-lune). Les postures accroupies comme Udarakarshanasana sont par ailleurs particulièrement efficaces.

 

Les rythmes biologiques ayant tendance à se dérégler chez vata, on lui recommandera les postures suivantes pour la santé du système endocrinien : posture de l’arc (dhanurasana), cobra (bhujangasana), sur les épaules (sarvangasana), la charrue (halasana), ainsi que la salutation au soleil (surya namaskar).

 

Pour l’insomnie, courante quand vata s’aggrave, on recommandera particulièrement les flexions avant Pashimottanasana, La posture de l’enfant (balasana), ainsi que le yoga nidra et les pranayamas.

 

Les huiles : la plupart des huiles sont bénéfiques pour Vata. Les propriétés humides et chaudes des huiles sont indiquées pour diminuer Vata. Appliquées sur la peau, elles sont encore meilleures.

OUI : huile d’amande, huile d’avocat, beurre, huile de noix de coco, huile de lin, ghee (beurre clarifié), huile de moutarde, huile d’olive, huile d’arachide, huile de sésame.

NON : Huile de colza, huile de maïs, margarine, huile de carthame, huile de soja.


Photographe : Marin Bicego instagram